Pourquoi un photographe de mariage coute cher ?

Un photographe de mariage, c’est avant tout un artisan qui gagne sa vie grâce à ses images. C’est son métier, son gagne-pain, et en tant que gagne-pain il doit faire payer ses prestations. Donc avoir une pratique tarifaire adaptée aux besoins du métier. Et les besoins du photographe de mariage, mon dieu qu’il y’en a beaucoup. Explications.

Je compte me lancer en tant que photographe de mariage, donc pour cela je dois d’abord faire une étude de marché puis calculer les frais nécessaires pour le bon fonctionnement de ma nouvelle société. Une fois l’étude de marché réalisée, je vais m’intéresser aux particularités du métier. Les mariages se déroulent très majoritairement les samedis, et de temps en temps les vendredis ou dimanches (mais rarement). Il y’a en tout 52 semaines dans l’année, donc 52 samedis, soit 52 mariages possibles à photographier. Mais je me rend vite compte que durant l’hiver, très peu de couples se marient. A vrai dire la période haute des mariages commence autour d’avril et se termine fin septembre. Allez, pour arrondir les choses, disons 6 mois de saison haute, soit 26 samedis de travail. Je dois donc réaliser la totalité de mon chiffre d’affaires sur cette courte période. Sachant que je suis professionnel, tout est déclaré, donc il y’a (dans mon cas) 25% qui partira pour les taxes, sans compter les impôts sur le revenu. Disons que c’est ma première année, je souhaite atteindre l’objectif d’avoir un smic mensuel net d’environ 1150€. Voici mes calculs:

-Mon Objectif: 1150€ x 12 mois = 13800€ NET

-Mes taxes: 25% x 13800€ = 3450€

-Mon total: 13800€ + 3450€ = 17250€ de chiffre d’affaires à réaliser IMPERATIVEMENT

Donc si je réalise 26 reportages mariage durant la saison haute, 17250€/26=663.46€. Je dois donc facturer environ 665€ la prestation sur 26 reportages pour atteindre mon objectif. OHHH MAIS PARDI, j’oubliais quelque chose, je n’ai pas ajouté les charges professionnelles. Et oui, il y’a une grande différence entre les taxes et les charges. Les taxes sont ce que prélève l’état (retraites, CSG, assurances maladie etc…), et les charges sont ce que je dois dépenser pour faire fonctionner ma société. Mince, il n’y a plus qu’à recommencer tout mon calcul. Voyons voir en détails mes dépenses professionnelles:

1/Achat de matériel photo: 2 réflex (au cas à un appareil est HS, j’en ai un autre en backup): 2500€ (pour du moyen de gamme)

2/3 objectifs, 1 grand angle, 1 zoom et 1 macro pour les photo de détails: 1500€ (et encore je suis gentil pour ce prix)

3/1 flash cobra pour les photos en intérieur: 250€ (flash entrée de gamme)

4/4 cartes mémoires: 100€ (au moins 4 cartes de 16go chacune)

5/2 batteries supplémentaires: 80€

6/1 sac de rangement: 120€ (je veux du solide, le matériel coûte très cher)

7/1 ordinateur: 800€ (ce sera suffisant pour le début)

8/1 disque dur externe de 3to pour la sauvegarde: 150€

9/1 logiciel de retouches photo: 250€ (prix moyen, ça peut être plus, ça peut être moins)

10/1 connexion internet: 240€ (20€ mensuel)

11/1 site web: 120€ pour l’hébergement et l’achat du nom de domaine.

12/Frais pour la création du site: 350€ (C’est le tarif pour qui arrive à créer son site seul, les frais pour un webmasters peuvent aller jusqu’à 3000€)

13/2 costumes pour les mariages: 400€ (Chez Brice et nulle part ailleurs lol)

14/1 forfait téléphone illimité pour les contacts clientèles: 240€ (20€ mensuel également)

15/Frais de déplacement: 1200€ (basé sur mes dépenses professionnelles annuelles moyennes)

16/Assurance pour la voiture: 400€ (Pas de voiture, pas de mariage)

17/Frais pour les DVD, livres, tirages photo et autres pour les mariages: 2500€ (varie en fonction des commandes, j’ai pris la moyenne basse)

18/Frais divers (réparation de la voiture, maladie, casse de matériel…): 1500€

J’ai ajouté dans cette liste le strict nécessaire pour le bon fonctionnement de ma société. Tout ce qui est pour la nourriture, l’achat des habits, les frais d’habitation et autres sont déduits du salaire, soit le smic. Si d’après vous j’ai oublié certains points importants dans la liste n’hésitez pas à l’ajouter dans les commentaires et j’actualiserai l’article. Faisons maintenant à nouveau les calculs:

-Mon Objectif: 1150€ x 12 mois = 13800€ NET

-Mes charges professionnelles: 12700€

-Mes taxes: 25% x 13800€+12700€ = 6625€

-Mon total: 13800€ + 12700€ + 6625€  = 33125€ de chiffre d’affaires à réaliser IMPÉRATIVEMENT POUR ETRE SMICARD

33125€ / 26 = 1274€ par mariage

Voili voilou, la conclusion parle d’elle même n’est-ce pas? Un photographe de mariage qui réalise 26 mariages à l’année et qui demande un tarif en dessous des 1274€ a donc un niveau de vie en dessous du seuil de pauvreté. Du moins pour la première année car les frais sont toujours plus importants. Mais il faut aussi savoir que réussir à avoir 26 mariages en haute saison est un très bel exploit car il faut faire énormément de marketing pour arriver à signer 26 contrats. Personnellement je n’y suis pas encore arrivé (à l’heure où j’écris cet article j’en suis à 22 contrats pour cette année 2014). Avoir un salaire de smicard n’est vraiment pas une assurance pour le photographe de mariage car il a tellement de frais professionnels que le moindre incident (maladie, accident, vol) pourrait mettre en danger sa société. De plus nous passons tout notre temps à travailler vos images, nous n’avons pas nos weekends, nous dormons très tard et nous ne comptons plus nos heures de travail (Vous pouvez lire mon article sur ce que fait un photographe de mariage en dehors du reportage). Et les 6 autres mois restants de l’année? Et bien nous faisons du marketing pour réussir à signer les 26 contrats de la saison haute, rien de plus rien de moins.

J’espère avoir éclairci ce point qui fait couler beaucoup d’encres sur les forums et blogs internet. Je dois dire que quand je lis des témoignages qui sont à la limite de l’insulte, je suis énervé et triste à la fois. Il est vrai qu’il n’y a pas assez de communication sur ce magnifique métier en france, et il est aussi vrai qu’il y’a des « profiteurs » pour essayer de se « faire un max de blé » (si si je connais une personne qui dit ça) les samedis, mais la réalité est toute autre. Nous sommes d’honnêtes travailleurs passionnés, nous ne gagnons pas « un max de blé », et nous faisons tout ça pour l’amour du métier.

A bon entendeur

Wei

Photographe Mariage Toulouse, séance photo famille, couple, shooting modèle